La construction de la Châsse a été décidée par l’assemblée générale de la Grande Confrérie de Saint Martial en date du 26 Mars 1806, pour remplacer celle qui avait été brisée par les révolutionnaires de 1793.

Ce travail d’art fut confié à un artiste « bossetier » de Lyon.

Le 2 juillet 1809, à 6 heures du matin, la Grande Confrérie prenait solennellement réception de ce joyau à l’Eglise de Saint Michel.

Le Chef de Saint-Martial, renfermé dans une coupe, est placé dans la châsse. Pour ouvrir celle-ci, 4 clefs sont nécessaires, elles sont confiées à l'Evêque, au Maire, au premier-Bayle, au Curé de la paroisse de Saint-Michel.

Elle est portée par 12 confrères : le jour de Quasimodo, premier dimanche après Pâques, le 12 novembre ou le dimanche qui suit pour la commémoration du Miracle des Ardents, pour la Fête des Porteurs et aux Ostensions septennales.

Caractéristiques

Longueur 1m318, largeur 0m611, hauteur 1m318, y compris le dôme.

Huit panneaux représentant les différents miracles opérés par Saint Martial. Le dedans de ladite Châsse est garni d’un damas cramoisi, ainsi que les trois coffrets pour contenir le Chef et autres reliques de Saint Martial.

Elle est en bois de chêne et couverte de cuivre doré et au bas de laquelle se trouve cette inscription : « J’appartiens à MM. Les Confrères de la Grande Confrérie de Saint Martial. An 1809. »

Poids total : 450 kilos

La Châsse est logée dans un édifice élevé à Saint Martial dans l’Eglise de Saint Michel.

L’inauguration solennelle de ce monument eut lieu le 10 Juillet 1889.

L’arrêté municipal de 7 Mai 1880 a « interdit les cérémonies extérieures du culte désignées sous le nom de processions ».

Depuis lors, les processions commémoratives se font à l’intérieur de l’Eglise Saint-Michel.